Actuel

image-7453142-1fff3cdf783c4043a21dde1329590944.w640.jpg
image-8467616-Veranstaltung_170916_144x220_v02-page-001.jpg
image-9104081-Veranstaltung_144x220_TMatter_final.w640.jpg

Weiningen, le 15 août 2018

Lettre Circulaire du 15 août 2018

Chers membres, chers sympathisants

Tout à coup, vous lisez dans tous les médias de notre pays que le PS, le PLR et le PDC ne voient plus la possibilité de conclure un accord-cadre avec l’UE. Que c'est-il passé? Ces parties ont-elles remarqué à quel point un accord-cadre pourrait être dangereux pour notre pays? Le facteur déterminant a été le scandale entre le conseiller fédéral Schneider-Amman et les syndicats. Ils refusent toute réforme des mesures d'accompagnement contre le dumping salarial et appellent les dirigeants du PLR,du PS et du PDC à rompre ou à suspendre les négociations avec l'UE. M. Cassis devrait maintenant négocier 
avec Bruxelles pour qu'ils s'abstiennent de sanctions et de mesures répressives jusqu'à la reprise des négociations. Bruxelles a déjà menacé d'exclure la bourse suisse du marché européen, à moins que la Suisse ne signe finalement cet accord-cadre ...

C’est comme cela que l’ont traite des amis dans l'UE! Les grands bruxellois voudraient imposer un tribunal d'arbitrage à ce petit pays, car cela signifierait que l’on devrait renoncer à notre indépendance et à notre liberté en même temps, car l'UE aurait alors son dernier mot à dire sur notre pays.
Nous avons résisté à cet accord-cadre pendant longtemps. Le PLR a jusqu'à récemment prétendu que le contenu decet accord n'était pas encore connu ... une fois de plus un jeu se déroule à Berne comme dans le cas de la non-réélection de Christoph Blocher. Les trois partis fraternisent avant les élections et veulent maintenant suspendre l’accord jusqu’après les élections ... alors ils vont frapper ... contre l’UDC. Il faudrait aussi examiner les activités syndicale de manières critique. A la fin ils feront une pirouette de 180 °, car si c’est contre l’UDC, tout est permis! Les électeurs verront-ils à travers ces jeux?
Continuons alors à lutter pour la liberté et l'indépendance de notre pays, car nous ne nous laissons pas fairepar des politiciens qui voudrais nous vendre à l'UE.

Le 15 septembre 2018 nous organisons une manifestation avec la commission ANIS, le comité UE-NO et le « Comitépour une Suisse libre e indépendante » sur le thème "Déposer nos droits de vote à Bruxelles?" avec le conseiller national Thomas Matter. L’évènement aura lieu dans le centre de congrès Thurgauerhof à Weinfelden. Nous nous réjouissons, si vous participer à cet événement et n’hésitez pas à inviter des amis et des connaissances.

Cordialement

Gerda Strasser
Présidente Association patronale contre l'adhésion à l'UE

Annexe:     Procès-verbal de l'Assemblée générale du 5 mai 2018
                      Flyer pour l'occasion à Weinfelden
                      Bulletin de versement pour faire un don



________________________________________________________________________________________________________________________


Unternehmer-Vereinigung gegen den EU-Beitritt / Association patronale contre l’adhésion à l’UE


Weiningen, avril 11, 2018


Aux membres et aux sympathisants
Invitation à l’assemblée générale, de l’Association patronale
contre l’adhésion à l‘UE
Vendredi, 4 mai 2018, 18h30 – 22h00

Au Premier, Salle “Les Trouvailles”, Hauptbahnhof,  Zurich

18h30 Ouverture
18h45 Assemblée générale

Ordre du jour:
  1. Discours de bienvenue
  2. Election des scrutateurs
  3. Rapport annuel du président
  4. Procès-verbal de l’assemblée du 5 mai 2017
  5. Rapport annuel d’une assemblée à l’autre
  6. Approbation            a) comptes annuels
         b) rapport de revision
                                                 c) Décharge caissier et comité
  1. Cotisation annuelle 2018                        
  2. Elections          a) Comité pour deux ans
       b) election nouveau reviseur
  1. Activités principals 2018
  2. Propositions et divers

19.30h petit apéro
20.00h Exposé de Mr Ulrich Schlüer thème « tribunal arbitral ». percée de l’accord-cadre Suisse-UE ? 
21.00h Apéro riche
22.00h Fin de l’assemblée

Gerda Strasser, présidente
  
                                                                                                
présidente:Gerda Strasser, Im Geeren 3, 8532 Weiningen


Unternehmer-Vereinigung gegen den EU-Beitritt / Association patronale contre l’adhésion à l’UE

                                                                                                  
Chers membres, chers sympathisants

Veuillez recevoir annexée à la présente notre invitation à participer à l’assemblée générale de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE  du 4 Mai 2018. 

Vu l’intérêt tout particulier de nos préoccupations politiques actuelles, nous comptons sur une nombreuse présence à l‘assemblée générale.

Dans le but de faciliter l’organisation de notre assemblée générale, nous vous prions de bien vouloir confirmer votre participation au moyen du talon ci-joint. Nous tenons,  pour cette raison à attirer votre attention sur  une modification . Si vous deviez renoncer,  en tout dernier lieu à votre présence à notre assemblée générale, nous vous serions gré de bien vouloir nous  le communiquer un jour avant l’assemblée – soit au plus tard le 29 Avril 2018 – par téléphone: 043 928 25 84 ou par e-mail: gerdastrasser@bluewin.ch.

Nous comptons sur votre bienveillante compréhension.

Gerda Strasser, présidente

Prière de détacher le coupon pour l’envoi postal (ne pas affranchir)

TALON DE PARTICIPATION

Assemblée générale du 4 Mai 2018,  Au Premier, Hauptbahnhof, Zurich 18h30-22h00


Nom ………………………………………………...........       Prénom ..............................................................


Nombre des participants..................... Membre   Sympathisant 


Adresse:...........................................................................................................................


PLZ / domicile ………………………………………………………………………………………………………….....


Tel No ………………………………………………………e-mail ……………………………………………..............


Signature ……………………………………………………  Date: …………………………………………...................      


Unternehmer-Vereinigung gegen den EU-Beitritt    /     Association patronale contre l’adhésion à l’UE

                                                                                                
                                                                                                    Rapport annuel pour l'année 2017


                       Chers membres, chers sympathisants,


En ce qui concerne les négociations avec l'UE sur un accord-cadre institutionnel, nous avions quand même espéré plus de la part d'Ignazio Cassis. Or, nous sommes maintenant certains qu’après l'ère sans succès de Didier Burkhalter, rien ne change avec Ignazio Cassis, absolument rien - au contraire !


Quant à l'accord-cadre réclamé par l'UE à la Suisse, Bruxelles serait disposée à accepter les décisions d'un tribunal arbitral pour régler des désaccords. Ce tribunal arbitral examinera d'abord seulement de quel pays la loi est concernée. Si c'était une loi de l'UE, la cour de l'UE entrerait en jeu. S'il s'agissait d'une loi commune, le tribunal arbitral jugerait de manière concluante et s'il s'agissait d'une loi suisse, la Suisse entrerait en jeu. Il n'y a pas de cas qui ne concerne pas l'interprétation du droit de l'UE. Dans le marché intérieur, la Suisse est déjà soumise au droit de l'UE avec ses traités bilatéraux. C’est pourquoi, que la Suisse n’adopte pas ou applique mal le droit de l'UE - le droit de l'UE est toujours impliqué. La cour de justice de l'UE est en effet un « partenaire coopératif » de la commission européenne et du conseil des ministres de l'UE dont elle soutient le pouvoir.

Conseil fédéral et parlement sont sur le point de céder à la folie centraliste de l'UE d'intégrer la Suisse avec cet 
« accord-cadre » pleinement dans l'UE. Nous nous battons par tous les moyens contre cela !

Le comité de l'association s'est réuni quatre fois cette année. Avec divers circulaires et sollicitations nous avons écrit à nos membres et sympathisants en Suisse alémanique et en Suisse romande pour les informer sur les efforts actuels du conseil fédéral concernant l’« accord-cadre » et d'autres questions importantes pour l'économie. La présidente doit la coopération constructive au comité.

En collaboration avec le « comité Suisse fière et libre » et l’« ASIN » nous avons organisé le 25 Novembre 2017 au canton d’Argovie un événement bien suivi sur le thème de l’« accord-cadre ». Le conseiller national Lukas Reimann a parlé sur « A qui appartient la Suisse ? » ; le conseiller national et éditeur de la Weltwoche, Roger Köppel sur « Nous ne nous laissons ni encadrer ni bercer ! ». Les deux hommes ont représenté leur opinion avec brio et le public était enthousiaste. C'était donc un événement très intéressant et réussi.

Certains membres et sympathisants se sont retirés de l’association patronale pour des raisons d'âge. Nous remercions ces membres et sympathisants pour leurs nombreuses années de soutien à notre association et leur souhaitons le meilleur pour l'avenir. Bien sûr, nous n'avons pas été épargnés par les décès. Nous présentons nos condoléances sincères à tous les proches.

Notre site en allemand et en français "unternehmer-vereinigung.ch" est très populaire et toujours tenu à jour par Theo Schmid. Ceci s'applique également au deuxième site web "proschweiz.info". Sous le pseudonyme « Hugo Sonderegger » nous commentons les questions qui nous intéressent et nous sommes également présents sur Facebook. Un grand merci à notre président d'honneur, Theo Schmid, qui tient les sites web constamment à jour.

En outre, l'association patronale contre l'adhésion à l'UE fait partie du comité NON-UE. Avec son président, ancien conseiller fédéral et ancien conseiller national Dr. Christoph Blocher, membre honoraire de notre association, et l’ancien conseiller national Dr. Ulrich Schlüer nous nous réunissons par intermittence pour préparer le prochain vote sur l'accord-cadre institutionnel avec l'UE.

L'année prochaine sera une nouvelle année de combat pour notre association. Nous remercions tous les membres et sympathisants pour leur soutien énergique au cours de la dernière année.

Rappelez-vous : 


« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »

(Benjamin Franklin 1706-1790)

Merci, Weiningen en Avril 2018
Gerda Strasser
Présidente




                                                                                                                                         

Weiningen, mars 6, 2018


Lettre Circulaire du 6 mars 2018


Chers membres, chers sympathisants

Les efforts du Conseil fédéral se concentrent à présent sur la solution des nouveaux accords concernant les litiges sur le plan constitutionnel avec l’UE.  En discussion figurent des nouvelles options accédant à une règlementation des questions institutionnelles visant à consolider les accords bilatéraux existants dans le domaine de l’acccès  réciproque au marché entre la Suisse et l’UE. Le Conseil fédéral (cinq sur sept) est d’avis que le cadre institutionnel pourrait garantir le droit légal, bien que cette solution puisse avoir pour notre souveraineté de graves conséquences!  
Car un raccordement institutionnel accompagné d’un accord-cadre équivaut à une „adhésion à l‘UE par la petite porte“.
Il n‘y a encore à peine un mois, le nouveau  chef du Département politique fédéral entendait ficeler un important paquet d’accords accédant au Marché, et dont il n’est entretemps plus question. Il en est de même de  sa promesse à l’UDC s‘y rapportant  avant son élection au Conseil fédéral!

Qu'and  du PRD parti qualifié autrefefois de bourgeois radical?  Dans l’émission  de la TV suisse alémanique ARENA  du 23 février 2018, il n’a pas été question d’une opposition à cet accord-cadre, tout comme d’ailleurs l’Union dite  bourgeoise.  Ceci pour autant que le Conseil fédéral prouve son opposition à l’octroi des droits politiques aux citoyens UE, ni à l’accès aux avantages sociaux.

Ce qui est  tout simplement inacceptable!

L’espoir des milieux favorables à l‘UE tend à faire croître qu‘Ils en ont assez de lutter pour notre démocratie, notre liberté et notre indépendance. En sont-elles les conséquences d’une  globalisation à outrance?

“Qui abandonne la liberté au profit de la sécurité, finira par perdre tous les deux!”
Benjamin Franklin

L’assemblée annuelle aura lieu le 4 mai 2018, 18h30 au Premier Hauptbahnhof Zurich. L’ancien conseiller national Ulrich Schlüer prononcera le discours. Veuilez s.v.plait réserver ce date.  L’invitation vous parviendra, Nous comptons sur votre appui.

Avec nos meilleures salutations
Gerda Strasser
Présidente 
                                                            
                 

Lettre Circulaire du 31 Octobre 2017


Chers membres, chers sympathisants

Faut-il réellement nous interroger à quel point  nous sommes tel l’ultime Mohican dans le désert, à mettre un terme à mains égards tout au moins, à la politique pro-UE de la Berne fédérale, jugée funest à mains égards, contrairement aux intérêts communs. L’intention prêtée au successeur du conseiller fédéral Didier Burkhalte, Ignazio Cassis de geler la question de l accord-cadre constitutionnel avec l’UE, s’est révélée jusqu’lci illusoire auprès de certains lecteurs. Ce quin’est guère nouveau en d‘autres occasions! 

Faut-il dès lors s’étonner une fois de plus au sujet de l’absence des urnes constatée à maintes reprises? A la bureaucratie d’en tirer profit selon les cas, parfois au prix des libertés individuelles et des droits populaires. Un bon exemple est le refus des autorité suisses d’entrer en matière sur le non du peuple suisse à la libre circulation des personnes! Les libertés populaires sont de ce fait gravement menacées. En cas d’autres exemples futurs, le saouverain risque de n’être plus que surnuméraire  et doit s’y opposer! Notre démocratie ne saurait être mise en cause par ses propres institutions populaires et politiques dûment élues.

En présence d‘événements observés depuis quelque temps au sein de l’UE, il est surprenant qu’il y ait encore en Suisse des milieux politiques toujour favorables à un accord-cadre pour accéder à l’UE  par la petite porte!

Par ailleurs, nous invitons nos lecteurs à appuyer le refrendum contre la nouvelle loi sur les armes: (http://www.finger-weg-vom-schweizer-waffenrecht.ch)!

Le 25 novembre 2017 aura lieu à l’Hôtel Aarauerhof à Aarau une manifestation publique organisée par l’Association ‚patronale contre l’adhésion de la Suisse à l’UE conjointement avec l’ASIN et les conseiilers nationaux Roger Köppel et Lukas Reimann.

Votre participation à cette manifestaton nous serait particulièrement appréciée (lire notice annexée).

Avec nos meilleures salutations

Gerda Strasser
présidente de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE


                                                                                                                                         Weiningen 6 juillet 2017


                                                                            Lettre Circulaire du 6 Juillet 2017


Chers membres, chers sympathisants

La surprenante démission du conseiller fédéral Didier Burkhalter n’en laisse pas moins un certain désaroi sur les véritables causes de cette décision. A quel point faut-il véritablemnt s’en réjouir?  Ne serait-ce son envie de faire autre chose, ce que bon lui semble de tourner le dos au département dans une phase délicate à ce point d’assumer les responsabilités. N’a-il pas en 2011 déjà  abandonné les responsabilités des affaires sociales au PS avec  de graves conséquences pour nous tous!

La conférence de presse du 28 juin 2017 a mis en évidence le litige qui oppose le Conseil fédéral à l’UE en insistant sur une solution globale comprenant des contributions dites de cohésion de la Suisse à la condition que l’UE accepte certains compromis. dans d’autres dossiers.

A défaut d’accord-cadre, l’UE demeure cependant intransigeante sur toute la ligne concernant l’accès à  d’autres marchés. Et de quelles sortes d’accord s’agit-il? Iil y va en fin de compte ni plus ni moins de l’existence de la voie bilatérale. Non seulement l’accord-cadre  abroge les accords bilatéraux et impose  automatiquement de nouvelles lois sous le couvert d’une nouvelle juridiction  exercée par  des juges non suisses! Le peuple suissse ne saurait donc se plier volontairement au droit étranger au détriment de la législation suisse.

Faut-il vraiment que l’UE ne parvienne à imposer ses lois à la démocratie directe de la Suisse? Etant donné son surendettement continu, l’UE entend de surcroît compenser les effets nègatifs du Brexit en  exploitant au mieux le dossier de la Suisse. Aux yeux de l’UE, la Suisse est toujours un bon morceau à croquer. Ne manque-t’on  pas de „turbos UE“ à Berne!

Ne Gageons que la visite de Jean-Claude Juncker l’automne prochain à Berne ne rencontre guère de forte résistance, compte tenu des bons rapports avec Madame la conseillère fédérale Leuthard don’t on ignore jusqu’à quel point cette dernière est en mesure de lui tenir tête.

Gerda Strasser
Présidente
Association patronale contre l’adhésion à l‘UE        
Unternehmer-Vereinigung gegen den EU-Beitritt


_____________________________________________________________________________________________________________________________


Lettre circulaire du 28 mars 2017

Chers membres, chers sympathisants

Il est moins cinq! Pour notre ministre des affaires extérieures Didier Burkhalter, il semble que cela traîne encore trop jusqu’à la mise au point de l’accord-cadre institutionnel avec l’UE et pour recueillir une majorité au sein du Conseil fédéral dans son ensemble. Une decision de principe pourrait intervenir dans ce dossier d’ici juin 2017. Ne convient-il pas d’y mettre du temps à un moment où les fondements de l’Europe apparaissent fragilisés et les élites s’éloignent du “citoyen normal”… Une UE dont les citoyens se voient privés de liberté et d’indépendance. La crise de l’endettement de la Grèce montre qu’il lui est impossible de s’en sortir sans l’accord de l’Allemagne. A ce ropos notons que le Brexit couterait à la Grande-Bretagne la somme de 60 milliards d’Euros pour couvrir les dépenses de pension descollaborateurs de l’UE (source “NZZ am Sonntag” 26.3.2017). De quoi faire réfléchir le Palais fédéral à Berne face au chantage de Bruxelles!

Quelles sont les réelles intentions du ministre Burkhalter? Dans une interview du 5 mars 2017 à la NZZ am Sonntag, le chef du département politique déclarait cituation: “Notre patience est longue”, en critiquant les manoeuvres de blocage de l’UE par rapport aux accords bilatéraux. A défaut de concessions de la part de Bruxelles, un accord-cadre institutionnel soumis à la votation populaire  est voué à l’échec! Les choses semblent maintenant devoir se préciser que l’accord institutionnel est prêt à la signature! Mais reste à savoir ce qu’en pensera le peuple? Et si les espoirs du conseiller fédéral Burkhalter seront voués à l’échec pour que la Suisse accède à l’UE par la petite porte!

Reste à savoir dans quelles conditions et avec quels succès les espoirs et les efforts du comité EU-NO sous l’impulsion de MM. Christoph Blocher et Ulrich Schluer appliqués de longue date à contredire les intentions à la fois du chef de la diplomatie et de l‘âdministration fédérale à Berne  de longue date contraires aux intérêts de la Suisse, auront été comblés. Notre association patronale s’y prête de toute sa force.

Veuillez recevoir en annexe à la présente circulaire notre invitation à l’assemblée générale vendredi, 5 mai 2017, 18h30, à Zurich, restaurant Au Premier Hauptbahnhof, Zurich

Le conseiller national Roger Köppel, éditeur/rédacteur de l’hebdomadaire Die Weltwoche tiendra un exposé consacré à la question de la Voie bilatérale sous le titre “Das Ziel ist das Ziel”

Avec nos meilleures salutations

Gerda Strasser   
Présidente de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE

                                                                                                                                               Weiningen, mars 28, 2017


Invitation à nos membres et sympathisants

                  Invitation à l’assemblée générale, de l’Association patronale
           contre l’adhésion à l‘UE
          Vendredi, 5 mai 2017, 18h30 – 22h00

                                                                             Au Premier, Salle “Les Trouvailles”, Hauptbahnhof,  Zurich

Ordre du jour:
  1. Bienvenue
  2. Présence
  3. Rapport annuel 2016
  4. Procès-verbal du rapport du 29.04.16
  5. Rapport annuel d’une année à l’autre
  6. Comptes annuels rapport de contrôle
  7. Cotisation de membre 2017
  8. Démission de M. Harry Martin, membre du comité
  9. Réélection de la présidente pour une durée de 2 ans
  10. Réélection du comité pour deux ans
  11. Election complémentaire comité
  12. Election complémentaire des deux réviseurs des comptes
  13. Principaux projets d‘activités 2017
  14. Propositions et divers

19.30 Petit apéro
20.00 Discours du conseiller national Roger Köppel, Editeur Weltwoche
           (Voie bilatérale – „Das Ziel ist das Ziel“).
           Discussion.
21.00  Apéro riche
22.00  Fin de séance

Gerda Strasser, Présidente   
                                                           


Lettre circulaire du 23 novembre 2016


Chers membres, chers sympathisants

Les élus politiques de tous bords  à Berne se lancent actuellement dans des  pirouettes verbales sous une forme inédite. Les valeurs démocratiques sont littéralement foulées aux pieds. Le serment constitutionnel auquel sont assujettis tous les parlementaires en début de législature, est ainsi ignoré par leur majorité dès que le seuil du Palais fédéral a été franchi. Il en va ainsi du refus de l’initiative populaire contre l’immigration massive dont la mise en oeuvre se heurte à l’opposition parlementaire. Ainsi la Berne fédérale s’efforce par tous les moyens de boycotter la volonté populaire du 9 février 2014. En accord avec le PS, les associations et les syndicats, il est poposé un contingent  de main-d’oeuvre indigène light soutenu de surcroît par des associations de  suffrages de gauche. Pour sa part, „Muller 18 pourcent“ ne veut rien savoir d’une limitation des travailleurs étrangers. 

Précisément le 30 novembre prochain, la Chambre des cantons étudiera ce modèle qui place l’étranger sur un pied d’égalité avec les Suisses et possédant un permis de séjour en Suisse en bénéficiant de conditons légales réservées aux citoyens suisses.  Dans le cadre d’un permis de séjour pour étranger, un Suisse âgé de plus de 50 ans ne peut plus être mis sur pied d’égalité avec un étranger bénéficiant  du permis de séjour et dont les coûts sont moins élevés.

A la longue, le citoyen suisse ne saurait accepter cette politique de gauche, car une telle violation constitutionnelle engendre des émotions de colère. Le brexit et les résultats de l’élection présidentielle aux Etats-Unis prouvent qu’il est plus simple d’affirmer que le peuple est stupide, à l’image des innombables commentaires de presse et de télévision émanant des milieux de gauche après l’élection du président américain Donald Trump. Ce qui semble, au vu de ces résultats  bien augurer de prochaines consultations populaires  sur ce schéma, en Europe.

Notons que vous recevrez sous peu le procès-verbal de l’assemblée générale de l’Association patronale contre l’adhésion à l‘UE  du 29  avril 2016. La prochaine assemblée générale de notre association se tiendra le 5 mai 2017 Au Premier Gare centrale à Zurich.

Nous comptons comme toujours sur le précieux appui de nos efforts en faveur de l’indépendance de la Suisse et de la sauvegarde de ses structures économiques souveraines.  

Avec mes meilleures salutations



Gerda Strasser, présidente     

________________________________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________________________________

Winkel,  26 juillet 2016
Circulaire du 26 juillet 2016

Chers membres, chers sympathisants

L’Europe semble devoir sombrer dans le pire marasme! D’abord l’acte brutal terroriste survenu à Nice,  suivi de l’agression motivée dont furent victimes des passagers  d’un train  à Wurzburg, en Allemagne, du  putsch  avorté en Turquie, de l’acte terroriste à Munich et de l’agression à main armée à Reutlingen/Bavière et de l’attaque à la bombe à Ansbach, outre-Rhin également. De quoi intriguer à son comble une élite politique toujours encore disposée à ouvrir massivement et sans limites les frontères d‘une Europe de plus en plus désemparée. Face à cette sorte de terrorisme, la politique semble n’avoir jusqu’à présent aucun remède  fut-il! Au contraire, on s’efforce de rassurer l’opinion publique tant que possible tout en dissimulant son impuissance, avec l’appui bien sûr des milieux de gauche! 

Il n’en demeure pas moins que la politique Merkel d’accueil  a jusqu’ici littéralement échoué et que l’on semble avoir perdu toute présence d’esprit sur ce point au sein de l’UE et de ses ambitions politiques auxquelles nous sommes également tous confrontés et inquets. Nous assistons  quotidiennement à  l’afflux à nos frontières sud de centaines de migrants économiques – et aussi en particulier  de Noirs africains et d’Eritréens, en plus de Syriens, depuis que d’autres pays ont quasi fermé leurs frontières à ce mouvement d’accès à la Suisse présentement. Ces éléments semblent y être maintenant accueillis à bras ouverts. Le principal souci de Madame Sommaruga consiste à accueillir les pauvres réfugiés et semble ne pas se préoccuper en premier lieu des principaux problémes auxquels le peuple suisse semble être confronté en l’occurrence et qui pourraient  abourir à un désastre.   

Quoiqu’il en soit, on a du mal à comprendre qu’à Berne certains milieux politiques ne semblent pas vouloir se soucier des problèmes auxquels l’UE dans son état actuel doit faire face. Il est d’autant plus iincompréhensible que le conseiller fédéral Didier Burkhalter continue d’insister sur la nécessisté de l’accord-cadre soutenu par une majorité du Conseil fédéral.  L’enjeu est de taille, dans la mesure où l’UE entend lier la question de l’initiative sur la libre circulation à l’accord-cadre institutionnel. Globalement, cela équivaudrait à une adhésion pratique à l‘UE sans l’avis du peuple suisse. Il importe de s’y opposer par tous les moyens possibles.

L’Association patronale contre l’adhésion à l’UE tiendra le 17 septembre 2016,  à l’hôtel Marriott, à Zurich  une manifestation contradictoire „Suisse-UE – où allons-nous?“. Les orateurs seront MM Christoph Blocher (UDC) et Corrado Pardini, conseiller national (PS).

Nous vous invitons cordialement à soutenir nos efforts de lutte contre l’établissement politique favorable à l’adhésion de la Suisse ä l’UE, par  une contribution appropriée et vous en remercions sincèrement.   

Avec nos meilleures salutations

Gerda Strasser,
présidente de l’Association patronale contre l’adhésion à l’UE


 Annexe:
 Flyer de la manifestation du 17 septembre 2016 à Zurich 

________________________________________________________________________________________________________________________                
                                                                                              

Une UE même amputée est-elle pour M. Burkhalter à ce point souhaitable comme partenaire pour ses idées de rattachement? Les Euroturbos regroupés autour de M. Burkhalter et de ses partisans doivent dès lors se demander à quel point leur utopie rejoint la réalité. 
  
________________________________________________________________________________________________________________________

Notre Assemblé générale du 29 avril 2016 au Restaurant Au Premier, Gare Centrale de Zurich.

A l’issue de l’assemblée générale, la présidente de l’Association patronale, Madame Gerda  Strasser, a passé la parole au premier orateur, le dr hc Beat Kappeler, lequel . dans un remarquable exposé a mis l’accent sur le *Brexit“ et sur ses conséquences et ses chances pour la Suisse. Intéressante a été sa constatation que pour les Britanniques,  le Canada constitue,  pris en exemple , et non pas la Suisse, compte tenu de leurs chacunes particularités, leur importance et leur étendue.
 
Après la discussion et  l’apéro  riche, il appartint au second conférencier d’entretenir la nombreuse assistance , en l’occurence le nouveau  président de l’UDC Suisse, Albert Rösti,  très applaudi. de  mettre l’accent sur les très nombreux efforts et autres actions visant à empêcher  l’adhésion rampante de la Suisse à l’UE et à contrecarrer les efforts dans ce sens. Il s’agit maintenant de rester sur nos gardes, dit-il, confiant qu’il existe  au sein du nouveau parlement une certaine entente concernant les objectifs à atteindre. Sur quoi l’assemblée prit fin à 22h30. 

Notre prochaine Assemblée générale aura lieu le 5 mai 2017 egalement au Restaurant Au Premier, Gare Centrale de Zurich. 

________________________________________________________________________________________________________________________
notre Assemblée Générale du 29 avril 2016

________________________________________________________________________________________________________________________